Colères et espoirs

Hommage à Arthur Musmeaux

Pour le 35ème anniversaire de sa mort, nous avons tenu à rendre hommage à Arthur Museaux en inaugurant une plaque sur la maison qu'il a habité à Petite Forêt. La famille d'Arthur était présente, ainsi qu'Alain Bocquet, qui lui a succédé à l'Assemblée Nationale, René CHER, ancien maire de Raismes, Marc Bury, maire de Petite Forêt et Jean Claude Dulieu (Aymeric Robin, le maire de Raismes qui a permis d'organiser cette cérémonie a eu un accident dans la nuit - sans gravité - qui ne lui a pas permis d'être présent). Beaucoup d'amis, de militants communistes étaient présents. Une belle expo a été réalisée et présentée au foyer Musmeaux. Arthur Musmeaux a été le témoin et l’acteur des grands évènements politiques, économiques et sociaux du 20ième siècle. Il est né en 1888 à Anor et décède le 5 Juillet 1981 à Petite Forêt, à l’âge de 93 ans. {{{Ouvrier Métallo dès son plus jeune âge. }}} Il entre dans la vie active aussitôt après avoir obtenu le certificat d’études primaires. Ajusteur aux usines Cail de Denain, puis FrancoBelge après la 1èreguerre mondiale, Escaut et Meuse…. L’engagement syndical. Dès son plus jeune âge, en 1906, il participe aux luttes ouvrières à Denain, crée des sections syndicales dans les différentes usines dans lesquelles il travaille jusqu’à occuper des responsabilités départementales et régionales à la CGTU. Un engagement que le patronat lui fait payer au prix fort : brimades, licenciements, chômage, périodes de quasi misère, prison. L’engagement politique. Tout aussi précoce. Dès 17 ans (en 1905) il adhère au groupe des jeunesses socialistes de Cattenières (Cambrésis) et partisan de l’adhésion à la IIIème internationale il est un des fondateurs et premiers responsables du parti communiste dans le Valenciennois, dans le Nord avec Edmond Cher, Joseph Hentgès, Marcel Delourme pour ne citer qu’eux. …L’histoire locale retient qu’il convainc l’ensemble de la section socialiste de Raismes à le rejoindre le Parti communiste lors de la scission de janvier 1921. Député du Front Populaire et du « Chemin de l’Honneur ». Il est élu député du Front populaire en 1336 Il le reste jusqu'à ce qu'il soit démis de son mandat le 21 janvier 1940, comme 60 autres de ses camarades parlementaires, pour avoir refusé de renier le parti communiste français frappé d'interdiction depuis le 26 septembre 1939. Son refus de renier ses convictions et ses engagements le conduisent de l’Assemblée nationale aux prisons françaises et au bagne d’Afrique. Incarcéré d'abord à la prison de la Santé à Paris, Arthur Musmeaux est condamné en même temps que 43 de ses camarades à huis clos, par le 3e tribunal militaire permanent de Paris, le 3 avril 1940, à cinq ans de prison pour « reconstitution de ligue dissoute ». Incarcéré en métropole, il est déporté au bagne de Maison-Carré à Alger, avec 26 autres députés communistes dont Prosper Môquet (père de Guy Môquet), député de la Seine, Henri Martel, député du douaisis dont les deux fils, Aimable et Germinal, seront fusillés par les nazis. Ils ne seront libérés qu'en février 1943 après le débarquement américain en Algérie et la venue du général De Gaulle à Alger. Arthur Musmeaux fera partie de ceux que l'on appellera, après-guerre, « les députés du chemin de l'honneur ». L’élu du peuple Après la libération, la population du Valenciennois lui rend son siège de député (en octobre 1945) qu'il conserve jusqu'en décembre 1958. Il est réélu député jusqu'en 1973. Arthur Musmeaux aura représenté le Valenciennois à l'Assemblée nationale pendant 22 ans (et un mois), ainsi qu'au Conseil général du Nord, de 1945 à 1958 s'agissant du canton de Valenciennes-nord, et de 1961 à 1967 s'agissant du canton de Valenciennes-est. {{{Alain Bocquet reprend le siège de député en 1978 }}} Devancé par le maire de Saint Amand Les Eaux Georges Donnez dont la popularité reposait, à l'époque, sur sa participation remarquée à un célèbre jeu télévisé mais qui ne fera finalement qu'un seul mandat, Arthur Musmeaux aura la satisfaction de voir, cinq ans plus tard, les électrices et les électeurs de la 19e circonscription porter leur choix sur son jeune camarade Alain Bocquet, lequel avait pour suppléante la fille d'Arthur, Elise Musmeaux, maire de Raismes.

Les autres articles

Recevoir l'infolettre :

Vidéos RSS