Colères et espoirs

Les associations d’aide à domicile du Valenciennois poussent un cri d’alarme !

A plusieurs reprises ces dernières semaines, nous avons rencontré avec Michelle DEMESSINE, sénatrice du Nord et Dominique WATRIN, sénateur du Pas de Calais auteur d’un rapport sur le sujet, les associations d’aide à domicile du Valenciennois qui poussent un cri d’alarme au regard de leur situatioin financière. Bon nombre d’entres elles sont au bord du dépot de bilan, faute de financement public suffisant alors que le nombre de personnes agées augmente. Alors que le coût d’une heure de travail est de 25 euros sur la base d’une étude diligentée par la direction générale de la cohésion sociale, le département du Nord rembourse, en effet, les structures à hauteur de seulement 17,50 euros et de 23,50 euros dans le Pas-De-Calais. Bon nombre d’entre elles sont ainsi sous la menace permanente d’une liquidation judiciaire. Cela se traduit par des soins express accordés à nos ainées et par une précarité rampante des salariés à cause d’un recours massif au travail à temps partiel et une rémunération mensuelle moyenne de 832 euros. Le gouvernement pourrait permettre aux départements de financer au juste prix les associations de ce secteur, soit 25 euros de l’heure. C’est le sens d’un amendement déposé par Dominique Watrin et les sénateurs du groupe Communiste Républicain et Citoyen dans le débat sur le Projet de loi de Financement de la Sécurité Sociale . Ce débat est de nouveau ouvert demain, jeudi 1er décembre en seconde lecture du PLFSS au Sénat. Plusieurs associations d’aide à domicile du Valenciennois ont écrit aux parlementaires pour que cet amendement soit adopté. En pièce-jointe de ce communiqué l’amendement et les courriers des associations.

Diaporama :

Les autres articles

Recevoir l'infolettre :

Vidéos RSS