Colères et espoirs

Industrie ferroviaire

Une stratégie cohérente

60% de la production nationale, des études et des projets ferroviaires sont concentrés dans le Nord et le Pas-de-Calais et particulièrement le Valenciennois.
L’Europe a bon dos pour expliquer les difficultés de ce secteur quand c’est l’absence d’une véritable stratégie industrielle cohérente qui est en cause. Le ferroviaire vit en partie grâce à la commande publique (Conseils régionaux, SNCF, RATP). En Europe, les besoins sont aussi importants et le marché est en croissance. D’autant que le train est le moyen de déplacement le moins polluant, à privilégier donc, face aux bus et aux camions, pour le transport des voyageurs et des marchandises. Il faut donc investir, renforcer, développer et diversifier notre filière ferroviaire. Et pour chaque commande de train avec l’argent public (nos impôts), nous devons obliger les donneurs d’ordre à produire ici et à faire travailler nos PME. Le savoir-faire des salariés est reconnu dans le monde entier. Valorisons-le ! Mais l'urgence c'est d'abord d'obtenir rapidement les commandes ferme de la SNCF et du Syndicat des transports d' Île de France. Ce dernier vient d'ailleurs de commander douze automatrices électriques Francilien.

Les autres articles

Recevoir l'infolettre :

Vidéos RSS