Saint-Amand-les-Eaux
Je retiens deux choses de toutes ces années : Il ne faut jamais rien lâcher et rien n’est plus précieux que la dignité humaine : c’est l’Humain d’abord ! Il faut avoir beaucoup d’ambitions pour les habitants de notre pays comme pour la planète. Nous devons imaginer l’avenir, conserver l’espoir que notre pays peut reconquérir sa souveraineté, être maître de ses choix. Il y a tant de richesses, de possibilités et de défis à relever ! Vivre dans une société débarrassée du capitalisme, qui a fait son temps et surtout la preuve de son inefficacité, c’est possible. Le livre des frères BOCQUET sur l’évasion fiscale montre combien il est important de reprendre les rênes de notre économie. Même le Pape s’engage contre le Dieu argent ! C’est certainement le moyen le plus efficace de faire reculer le terrorisme et ses réseaux. Le combat pour la dignité humaine n’a jamais été autant d’actualité. Et c’est notre génération qui doit porter l’espoir de construire un nouveau modèle économique qui privilégie l’être humain et l’avenir de la planète. Mettre l’être humain en avant et au centre de tous les choix politiques, c’est une ambition partagée par de plus en plus de monde. Quelques soient nos opinions, c’est autour de cette idée que nous pourrons construire une France plus juste et plus humaine, au service de tous. C’est ça, l’Humain d’abord !
Fabien Roussel

Portrait de Fabien Roussel

Un engagement sincère

Secrétaire fédéral du PCF - Nord

Né à Béthune dans le Pas de Calais en 1969, j’ai vécu dans une grande famille. Ma mère était employée de banque et mon père travaillait à la Sécurité Sociale avant de devenir adjoint au maire de Béthune et conseiller général. {{Dans ma famille, beaucoup se sont engagés}}. Autant dire que j’ai passé une partie de mon enfance où la politique, les bons repas, le patois et la fête se mêlaient dans une ambiance chaleureuse et conviviale. L’été, le week-end, c’était parties de pêche dans la Somme, une passion qui ne m'a pas quitté. Mon premier engagement fut pour dénoncer l’apartheid en Afrique du Sud. Avec les Jeunes Communistes, nous avons organisé des actions, des concerts et des débats ! nous n’étions pas si nombreux à défendre la cause de {{Nelson Mandela}}. C’était dur. Avec tous les militants anti-apartheid du monde entier, et surtout grâce à l’ANC là-bas, nous avons gagné, réussi à sortir Mandela de prison et faire tomber ce régime raciste. Je me souviens aussi des {{grandes manifestations contre les lois Monory et Devaquet}}. Là encore nous avons gagné. De ces années, j’ai gardé des amitiés profondes. Cette époque est aussi celle d’une rencontre marquante, avec {{Georges MARCHAIS}}, par hasard, car je m'étais lié d’amitié avec son fils. C'était un grand homme et sa famille a réalisé un beau site pour lui rendre hommage :[ le site->http://www.georgesmarchais.fr] . Ces combats, ces rencontres ont été importantes pour toute une génération de jeunes militants comme moi. {{{Un engagement pour la dignité humaine}}} Depuis cette époque je me suis engagé en politique avec le Parti Communiste Français. C’est là que j’ai trouvé les outils, les idées, les amis pour {{défendre le projet d’une France plus juste, plus humaine, plus fraternelle}} et défendre coûte que coûte la Paix dans le monde ainsi quel’amitié entre les peuples. En 2005, c’est la victoire du NON à la constitution européenne. Quel souvenir ! Des mois de campagne, de débats animés dans le Nord comme dans toute la France. Quelle ambiance et quel résultat : {{68% des électeurs contre ce Traité }} ! Mais Sarkozy en 2007, puis Hollande en 2012, ne vont pas respecter le vote des français. {{La mobilisation contre cette Europe de la finance et pour une Europe des peuples reste toujours d’actualité.}} En 2007, nous organisons avec Alain BOCQUET une grande marche pour l’emploi, Lille/Paris,, pour remettre près de 5000 CV à l’Elysée, démontrant que le peuple du Nord veut travailler. C’est durant cette marche qu’est né le slogan «{{ l’Humain d’abord !}}», lancé par un salarié en colère. Franck VANDECASTEELE, candidat aux élections législatives dans la métropole Lilloise, le reprend. Le Parti Communiste, dans le Nord et le Pas de Calais, ça veut dire quelque chose. C’est une {{longue histoire de luttes pour défendre la classe ouvrière, les usines, les hommes}}, sans compter l’héritage de la Résistance à l’occupation allemande. Notre région est peut être celle qui a payé le plus lourd tribut en pertes humaines dans la Résistance. Parmi eux de nombreux communistes, tous très jeunes. J’ai l’honneur de présider, depuis 2013, l’association Eusébio Ferrari et la jeunesse résistante en Nord Pas de Calais, crée par Alain BOCQUET. Tous les ans, nous honorons leur mémoire, à {{Anzin}}, aux fusillés du Vert galant à {{Wambrechies}} et celui de la Citadelle, à {{Lille}}. Enrichissantes également, et pleines d’enseignements, les deux campagnes électorales pour les élections régionales de 2004 et 2010, menées au côté d’Alain Bocquet qui conduisait nos listes. Tout comme les élections sénatoriales de 2011 qui ont permis de faire élire et Michelle DEMESSINE et Eric Bocquet en mettant au cœur de notre programme {{l’utilité de la commune et la défense de la ruralité.}} {{{Ensemble, rassemblés nous sommes tellement plus forts !}}} C’est dans le même esprit, que nous avons mené avec les élus communistes du Valenciennois et des milliers d’habitants de notre arrondissement, une grande campagne pour l’emploi, le logement, la santé. {{Le Valenciennois est un territoire sinistré mais il a aussi tellement d’atouts}}. Nous sommes allés les défendre en 2013 auprès du Président de la République, François Hollande. En 2014, je suis élu au côté d’Alain BOCQUET dans notre belle ville de St Amand les Eaux. En plus de mes activités départementales, {{je m’engage pour les amandinois}} dans une équipe renouvelée et rajeunie. Ce qui a été fait dans cette ville depuis 1995, est remarquable. Poursuivre ce travail, avec d’autres aujourd’hui, est une fierté. Saint Amand les Eaux rayonne bien au-delà du Valenciennois. Au sein du Conseil Communautaire de l’agglomération de la Porte du Hainaut, {{les maires et les élus locaux de l’amandinois savent travailler ensemble, quelles que soient leurs opinions, c’est important}}. Il faut défendre leur rôle et l’importance de ces milliers d’élus locaux, souvent sans étiquette politique, qui donne beaucoup de leur temps pour leur ville ou leur village. Leur dévouement, leur générosité est un exemple à suivre. Cette vie démocratique, issue de la Révolution française, est remise en cause par le gouvernement Français et par les instances européennes qui veulent réduire le nombre de nos collectivités. C’est une grave atteinte à nos libertés. Sans ces milliers d’élus, la France irait encore plus mal ! L’année 2015 est marquée par un cortège d’attentats qui secouent la France et le monde. Dans le Nord, nous avons organisés partout, quand c’était possible, des rencontres, des débats, des rassemblements pour défendre, ensemble les valeurs de la République et l’unité nationale. Nous avons appelé à ne pas céder aux divisions, aux appels à la haine.{{ La République doit se reconstruire, elle doit se défendre mais elle ne doit pas céder}}. C’est aussi l’année des élections régionales. Quel engagement pour répondre à cette aspiration au changement, pour défendre cette ambition pour notre nouvelle région. Notre région est si belle, si riche…et si stigmatisée, si pauvre en même temps.{{ A l’avenir, il faudra réussir à nous rassembler, bien plus largement que cette fois ci, pour répondre à cette aspiration si forte chez nos concitoyens à vivre dignement}}. Même sans être élu au Conseil régional, nous sommes, avec d’autres colistiers, toujours présents avec les salariés, les élu.e.s, les responsables associatifs de la région qui veulent se faire entendre du Conseil Régional et de sa nouvelle majorité. Xavier BERTRAND sait bien que je ne lâcherai rien ! Notre dernière victoire : la ré-intégration de José DESSILLY, salarié de chez Bombardier, injustement licencié. La mobilisation de tous, notre unité, a permis de gagner ! Ensemble, rassemblés nous sommes tellement plus forts ! {{ -* L'activité professionnelle }} J’ai été journaliste cameraman. Cette profession m’a permis, pendant plusieurs années, de visiter beaucoup de pays et réaliser des reportages pour la télévision. J’ai également travaillé dans des collectivités territoriales. En 2007, {{Michelle DEMESSINE}}, qui vient d’être nommée Secrétaire d’Etat au Tourisme, me demande de la rejoindre comme conseiller. Chargé des relations avec la presse, j’ai également suivi tous les dossiers concernant le Nord Pas de Calais. Les ministres communistes, {{Marie George BUFFET}}, Jean {{Claude GAYSSOT }} et {{Michelle DEMESSINE}} se sont démenés pour obtenir le plus d’avancées possibles pour le monde du travail, la jeunesse, le sport ou l’accès aux vacances. Mais les trahisons du gouvernement de l’époque face au diktat de Bruxelles ont eu raison des espoirs qui étaient placés dans la gauche « plurielle ». Cette leçon est restée gravée dans ma mémoire. Depuis, j’ai continué de travailler au service des parlementaires communistes du Nord,[ Michelle DEMESSINE->http://www.michelledemessine.fr/], [Eric BOCQUET->http://ericbocquet.fr/], Alain BOCQUET et [Jean Jacques CANDELIER->https://jjcandelier.wordpress.com/]. Nous avons ensemble mené de nombreux combats. Certains ont été gagnés, d’autres perdus. Mais quand l’Europe de Bruxelles et les principaux partis au pouvoir sont d’accord pour accompagner la vague des délocalisations, les fermetures d’usines, la casse de notre industrie, de nos services publics, il faut une grande mobilisation des français, des salariés pour gagner. Nous avons aussi multiplié les actions et les initiatives pour la paix au Moyen Orient, en Palestine. Nous avons organisé des débats des rencontres festives comme par exemple ce concert magnifique à Lille en 2002 contre la guerre en Irak.

Recevoir l'infolettre :

Vidéos RSS